26-05-2017

Le Championnat de France de Drift évolue dans son fonctionnement

Signe des temps et d’une épreuve nationale qui murit au fil des saisons, le Championnat de France de Drift (CFD) s’est doté de deux nouvelles structures dans le but de parfaire encore un fonctionnement déjà bien rôdé. Soucieux de la sécurité comme de la sportivité de l’épreuve, Jérôme Vassia (Drift Events) promoteur du CFD, a créé, en liaison avec la FFSA, un collège des commissaires et un chargé des relations avec les concurrents.

Le collège des commissaires

Composé du directeur de course, du représentant des juges et du responsable des commissaires de course, ce collège a pour mission d’examiner les faits sportifs ou extra-sportifs portés à sa connaissance et susceptibles d’influer négativement sur la sécurité ou la sportivité de l’épreuve. Après étude et analyse des faits, le collège peut décider si nécessaire la mise en œuvre de mesures disciplinaires à l’encontre des différents acteurs de la compétition : pilotes, membres des teams, membres du staff d’organisation, commissaires de course. Fort des informations obtenues au travers des différentes expériences vécues au fil des manches, le collège peut également formuler des propositions aux organisateurs en vue d’améliorer la préparation et le fonctionnement de l’épreuve.

Le chargé des relations avec les concurrents : CRAC

La création de ce poste au sein du CFD correspond à la volonté de faciliter les échanges entre les concurrents d’une part et les responsables de la course d’autre part, sans toutefois interférer avec le déroulement de l’épreuve durant les manches elles-mêmes.

Les principes sont les suivants :

- Un pilote souhaitant obtenir des réponses à certaines questions relatives, de près ou de loin, à la course, peut désormais s’adresser au CRAC. Dans la mesure de ses capacités, ce dernier a une fonction de conseil auprès du pilote qui le consulte. Il peut ainsi régler immédiatement les questions simples, évitant du même coup de déranger le directeur de course, les juges ou les commissaires.

- Le CRAC est chargé de recevoir directement les réclamations (ou requêtes) déposées par les pilotes (cf règlement standard du Drift et prescriptions générales de la FFSA). S’appuyant, pour ce qui concerne la forme, sur l’établissement commun d’un imprimé spécifique, la réclamation se traduit par un exposé des faits du demandeur au CRAC. Ce dernier peut, en cas de besoin, aider le demandeur à formuler clairement sa requête. Le CRAC transmet la réclamation au directeur de course. Ce dernier peut répondre directement au requérant ou l’adresser à la fédération en fonction de la nature et du niveau des mesures susceptibles d’être prises.

Le modèle va être éprouvé durant le meeting de Tours et le CRAC sera Gérard ROUILLON. L'ensemble des pilotes sont invités à le solliciter directement ou via l'intermédiaire d'un membre du STAFF pendant toute la durée du meeting de Tours.

 

Les juges, acteurs incontournables des compétitions de Drift

Quelles que soient les compétitions, la présence de juges est indispensable au bon déroulement, à la sécurité et à l’équité des épreuves. Même si la télémétrie est un procédé participant grandement à l’évaluation des performances, le Drift ne peut se passer de juges pour évaluer les paramètres entrant dans le classement des pilotes mais ne pouvant être appréciés par la technique. A l’aube de la 5ème édition du CFD, le promoteur du championnat a tenu à souligner l’importance des juges et à renforcer leur autorité en rappelant systématiquement aux pilotes le respect dû ces « arbitres » du Drift. Toujours soucieux de leur sérénité, Jérôme Vassia a mis en place le collège des commissaires et le CRAC afin de laisser aux juges toute la tranquillité d’esprit nécessaire au travail d’évaluation de la performance. C’est aussi dans cet objectif que les juges du Championnat de France de Drift se sont vus dotés d’une tenue officielle FFSA, distincte des uniformes du staff d’organisation.


De gauche à droite : Timothée Cousin et Wilfried Roy, deux des trois juges du CFD